Dossier Contrôle Technique: un CT en 2022… mais à quelle sauce?

Actualités Laurent Cortvrindt
Spread the love

Depuis un peu plus d'un an, une réflexion sur le contrôle technique pour les deux-roues motorisés est portée dans notre pays. Les premières recommandations viennent de tomber en Région wallonne et la révolution tant crainte ne semble pas dans les petits papiers de nos autorités. Par contre, sans surprise, du côté de la Région de Bruxelles-Capitale, les 2RM sont à nouveau dans la ligne de tir.

«La présente directive (NDLR n°2014/45/UE du 3 avril 2014 relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteur, chapitre 1, article 2) s'applique aux véhicules dont la vitesse par construction est supérieure à 25km/h et appartenant aux catégories telles que visées par les directives 2002/24/CE, 2003/27/CE et 2007/46/CE (…) – véhicules à deux ou trois roues des catégories et sous-catégories L3e, L4E, L5e et L7e, de cylindrée supérieure à 125cc – à compter du 1er janvier 2022.» Voilà le nœud du problème qui nous occupe aujourd'hui. Allons-nous devoir présenter nos motos à un contrôle technique à partir du 1er janvier 2022? Oui et… non. Comme vous le lirez dans nos encadrés, l'issue ne fait quasi plus aucun doute. Un contrôle technique nous attend bel et bien. En 2022? Rien n'est moins sûr. La Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale ne sont pas vraiment sur la même longueur d'onde. Quant à la Région flamande, elle a tout simplement décliné notre demande d'interview: pour le moment, Lydia Peeters (ministre de la mobilité, Open VLD) ne souhaite faire aucun commentaire!

2022… ou pas

Apparu en 1933 dans notre pays, le contrôle technique concerne, aujourd’hui, la plupart des véhicules à moteur en circulation. Toutefois, plusieurs catégories, dont les deux-roues motorisés, se trouvent encore miraculeusement exemptées. En effet, le 18 décembre 2013, les États membres de l’Europe ont rendu un arbitrage sur l’harmonisation du contrôle technique à tous les véhicules, en reportant toutefois celui des motos et scooters au moins jusqu’en 2022. Toutefois, vu que rien n'est jamais simple avec l'Europe, il existe un retenue à cette obligation dans la mesure où les États membres peuvent exclure motos et scooters du contrôle technique s’ils présentent des mesures de sécurité routière efficaces de remplacement, en tenant compte, en particulier, des actions de sécurité routière ayant permis de faire baisser sensiblement les accidents dans cette catégorie de véhicules (doublement des glissières de sécurité, réfection des routes, emploi de peintures abrasives pour les marquages au sol…). Bien que des efforts aient été consentis au niveau de notre pays et que le nombre d’accidents mortels impliquant un deux-roues motorisé soit globalement à la baisse depuis plusieurs années (-30% depuis 2005), il faut bien admettre qu’il reste encore pas mal de pain sur la planche. Toutefois, si ces efforts sont jugés suffisants, notre pays pourrait se contenter de cette dérogation.

(…)

Découvrez la suite de ce dossier, consacré à un sujet pour le moins épineux, dans le nouveau Moto 80 #846, disponible dans toutes les bonnes librairies.