Reportage Ducati, tout seul dans son coin…

Classic Thierry Dricot
Spread the love

Si le monde des petits constructeurs et préparateurs met régulièrement à jour de nombreux passionnés aux talents multiples de «superbricoleurs», il existe également des gars qui sortent des merveilles seuls dans leur coin, comme Jacques et son Café Racer Ducati.

Je ne suis, hélàs, qu’un bricoleur du dimanche. Mais, à force de côtoyer les meilleurs, mon œil s’est exercé à reconnaître très vite la qualité d’un boulot, d’une soudure, d’une ligne d’échappement ou d’une peinture. Aussi, quand j’ai vu arriver Jacques sur sa moto, j’ai immédiatement reconnu une machine exceptionnelle, un boulot top niveau.

Jacques travaille dans la pétrochimie et porte plutôt bien ses 48 printemps. Il roule à moto depuis 34 ans et a passé bon gré mal gré son permis voiture à 36 ans. Passionné de bécanes depuis toujours, il a préféré investir dans un grand garage chez lui plutôt que dans une piscine. Une trentaine de motos y trônent entre de vieilles Peugeot d’avant-guerre, deux Yamaha TZ, des Honda, Laverda…, etc.

Se faire plaisir

Mais depuis longtemps il voulait, il rêvait, de faire sa moto, celle qui réunirait toutes les qualités des différentes machines qu’il avait conduites. Le maître mot: se faire plaisir et partir sur une Ducati. Evidemment, Jacques réunit un tas de compétences qui manquent parfois dans certains garages: soudeur, tourneur, fraiseur, mécanicien…, etc. 
Il est parti d’une épave avec une carte grise de 750 F1. Le cadre a été construit de A à Z et soudé au Tig. Le modèle de base était un TT. Technique de remplissage des tubes au sable pour éviter les plis lors du cintrage. Le moteur, quant à lui, est issu d’une 750 Eléphant avec des carters de F1. Une boite de Paso, un embrayage à sec. Une culasse et des arbres à came «éléphant» pour avoir plus de couple. On est déjà dans un fameux mélange où même certains «pros» y perdraient leur latin. Le cache-courroie est fait maison, ainsi que cette petite fenêtre permettant de voir la distribution en action. Génial! 

L’arme absolue

Pour l’habillage esthétique, Jacques a fait son marché un peu partout. La selle provient d’une Kawa Z650 dont un moule polyester fut tiré. Le réservoir, d’une base TT, s’est vu amputé de ses réserves «endurances» et a également été coulé en polyester. Sous la selle, une petite boite à outils (bougies et chaterton, on ne sait jamais), le système électrique et la batterie. Le logo de 350 desmo est collé et muni de faux rivets. Phare de Speed Triple dans une petite casserole noire de Harley. Bien sûr, l’échappement est maison avec une sortie LeonVice. Au final, et à peu près seul, Jacques aura mis deux années pour mener à bien ce projet. Il s’est réalisé une moto unique, souple, coupleuse, fiable et surtout très légère puisqu’on arrive à 140kg avec les pleins. 

Au ralenti, la moto vibre peu, tourne parfaitement et monte en régime à la moindre sollicitation de la poignée de gaz. Position de conduite assez radicale et typée sport. Les commandes sont douces, la première claque à peine. La moto démarre sur un filet de gaz et donne vraiment l’impression qu’on est sur un vélo, tellement elle apparaît légère. Hormis cette position sport, la prise en main se veut immédiate et très facile. En ville, évidemment, cette légèreté est un véritable atout même si une telle machine n’est pas vraiment faite pour l’évolution urbaine. 

Dès que l’espace s’ouvre un peu, la Ducati prend toute sa mesure et ne demande qu’à s’exprimer. La puissance de 80ch n’est pas démoniaque, mais alliée à ce poids minimaliste, la Ducati se propulse de virage en virage avec une réelle vivacité. Freinage efficace, mise sur l’angle facile. On a l’impression de rouler au guidon d’une petite machine de course. Pur plaisir et pure adrénaline. Bien sûr, on ne peut pas tout avoir et le confort n’est pas à proprement parler au rendez-vous. Ce type de machine n’est pas fait pour partir en vacances avec madame et les bagages. Par contre, se balader entre potes, décompresser en fin de journée ou boire un verre au club «Café Racer» du coin, vous disposez alors de l’arme absolue.

Toujours plus haut

Cette moto se révèle tellement bien faite et bien finie que les conversations engendrées par les curieux lors de vos arrêts feront que vous ne serez plus jamais un motard solitaire. Jacques ne compte pas s’arrêter là. Après ce coup d’essai absolument transformé en coup de maître, il projette de mettre la barre encore plus haut. Les bases sont posées: 950cm³, 2 soupapes par cylindre, cadre titane et cantilever. Objectif 110ch/120kg. Au vu de sa première réalisation, il y a fort à parier que le défi sera relevé. Quand? Bonne question mais croyez-moi, je serai au rendez-vous. A force de réaliser de tels chefs-d’œuvres, Jacques ne va pas rester seul dans son coin bien longtemps.