Loris Cresson, bilan d’une première expérience EWC

Actualités Sports Moto80
Spread the love

Loris Cresson, habitué du World Supersport, avait rendez-vous sur ce week-end sur le circuit du Castellet aux côtés du team Mototech EWC pour sa première endurance de classe mondiale. Une expérience qui lui laissera assurément des souvenirs impérissables!

Habituellement, le Bol d’Or, manche d’ouverture EWC, est l’un des événements les plus difficiles du calendrier moto. Cette année n’a pas fait exception à la règle tant les conditions météorologiques rencontrées par les pilotes se sont avérées être… dantesques! Des conditions particulièrement difficiles dont s’est joué le team belge Mototech EWC.

Il faut dire que le team basé à Wetteren a su s’entourer de pilotes de qualité avec Vincent Lonbois et Grégory Fastré, habitués des épreuves d’endurance. Le trio belge fut complété par la présence de Loris Cresson, qui gardera assurément des souvenirs impérissables de sa première participation à une course d’endurance mondiale. Malgré des conditions de piste extrêmement piégeuses, le team Mototech EWC conclut cette première manche de la saison à la 16e place, en bouclant un total de 304 tours.

Loris Cresson: «Quelle expérience. J'ai participé aux 6 Heures de Spa-Francorchamps mais force est de reconnaître que ces deux épreuves n’ont rien à voir. J'adore rouler dans le noir, j'étais donc vraiment impatient de voir ce que nous pouvions faire. Les qualifications n’étaient pas si mauvaises pour cette première, malgré le fait que je n’ai pas pas pu parcourir énormément de tours à cause de la pluie. Pour les entraînements de nuit, j’ai eu une crevaison, mais nous avons tous bien travaillé pour trouver le meilleur réglage.

Pour mon premier relais, j'étais assez confiant avant mon entrée en piste, l'important étant de ne pas chuter et de prendre du plaisir sur la moto. La course elle-même s’est bien déroulée. J'ai réussi à améliorer mon temps au tour de plus de deux secondes et je suis vraiment heureux du travail effectué par Vincent et Gregory. J'ai signé le douzième ou treizième meilleur chrono en course, ce qui est vraiment satisfaisant compte tenu de mon manque d’expérience dans la catégorie.

Ce n’était pas une course de vingt-quatre heures à cause du mauvais temps, mais c’était quand même une très belle expérience. Peut-être y aura-t-il une chance de courir à nouveau en EWC à l’avenir, mais il est maintenant temps de se reposer et de se concentrer sur Magny-Cours. Merci à tous ceux qui ont rendu cette aventure possible et un grand merci à l'équipe Mototech EWC Yamaha!

Loris se tourne maintenant vers la dernière épreuve européenne du calendrier du Championnat du Monde FIM Supersport 2019 sur un autre circuit français réputé, Magny-Cours. Il est actuellement douzième au classement général.