4 Heures de Spa Classic: plein gaz vers l’obscurité

Actualités Motos Vincent Marique
Spread the love

Plus de 60 motos au départ le samedi 4 juillet prochain

 

Les 4 heures de Spa Classic sont devenues une composante essentielle des Bikers’ Classics à Spa-Francorchamps. Le soir du samedi 4 juillet, un départ style Le Mans annoncera la deuxième course des prestigieuses European Classic Series. Plus de 60 équipes avec des pilotes originaires de dix pays constitueront une grille de départ impressionnante.

Début avril en France, le Team Force belge a entamé la défense de son titre européen de la meilleure manière qui soit. Sur le circuit Paul Ricard du Castellet, les anciens champions du monde d’endurance, Richard Hubin et Grégory Fastré, se sont hissés à la première place de la course qui a lancé la saison. À l’approche de leur course à domicile, on peut affirmer sans crainte que Richard Hubin et Grégory Fastré seront les favoris lors des 4 heures de Spa Classic. La victoire de la Suzuki de cette paire véloce lors de l’édition 2014 ne fait que confirmer cette supposition. Richard Hubin a peut-être eu 61 ans récemment, mais il connaît le circuit de Spa-Francorchamps mieux que quiconque, ayant gagné les 24 heures de Liège à deux reprises. Cependant, Hubin et Fastré s ‘apprêtent assurément à affronter d’intenses adversaires. L’équipe anglaise Phase One, à la tête de laquelle se trouve le renommé Russel Benney, allie expérience, professionnalisme et vitesse. Elle compte le pilote Stéphane Mertens, spécialiste de Francorchamps, dans ses rangs. Mertens, passé à côté du titre de champion du monde Superbike en 1989, associé à Ian Simpson. Le team alignera également une seconde moto pilotée par l’ancien champion du monde suédois Peter Linden et Hugh Brasher. Les deux teams Phase One devront donc tenter d’améliorer leur troisième position de l’année dernière. Au Castellet en 2014, l’équipe en lice pour la victoire des European Series a terminé deuxième non loin derrière le Team Force.

LES HABITUES

La liste des engagés des 4 heures de Spa Classic comprend des équipes composées de compétiteurs annuels à Francorchamps, qui sont devenus des visages bien connus des European Classic Series.

La belle Kawasaki GPZ1000 de l’équipe suisse Bolliger Classic Endurance a la vitesse pour terminer sur le podium, tout comme la Honda des Italiens du Team Segale Classic. Ces deux équipes ont bien couru en France, mais pas assez bien que pour atteindre les marches du podium. Il en fut de même pour la paire néerlandaise de Henk van der Mark et Dirk Brand, qui a terminé quatrième. Chaque année, les champions du Mans de 1984 sont extrêmement motivés pour faire des merveilles à Spa-Francorchamps. S’ils parviennent à éviter les ennuis avec leur Bakker-Suzuki, les amis néerlandais pourraient bien se révéler être de dangereux outsiders. Eric Mizera et Yannick Le Gaudu s’en tiendront-il à un rôle d’outsider ? Cela reste à voir. Le rapide duo français d’Armor Classic Bike a terminé troisième lors de la course à domicile.

Le German Kaiser Classic Endurance Team a remporté l’édition 2013 des 4 heures de Spa Classic et sera à nouveau présente cette année sur la grille de départ, tout comme l’équipe italienne du Team Taurus. Avec leur moto Guzzi Le Mans, l’équipe américaine Team Guzzi Nerd attirera probablement beaucoup d’attention. Sur leur grosse moto bicylindre, ils auront du pain sur la planche dans la catégorie Maxi Classic face aux « quatre cylindres ». La grille, colorée et variée, ne sera pas uniquement composée des quatre japonaises, mais également de Ducati, de BMW, et de l’une ou l’autre Norton et BSA. Au-delà de ça, il est bien connu que la météo imprévisible de l’Ardennes belge joue un rôle important dans la course.

ENGOUEMENT

Comme d’habitude, les équipes et les pilotes se disputeront la victoire dans trois différentes catégories durant cette huitième édition des 4 heures de Spa Classic. De ce fait, ils ne peuvent se permettre de perdre leur concentration dans la pit lane ou en parcourant les sept kilomètres éprouvants du circuit. Lorsqu’enfin le drapeau à damiers sera agité à minuit, il y aura sans aucun doute une vague d’allégresse, de joie et de déception bien au-delà des stands. Chaque équipe se rendra compte que l’erreur n’a pas sa place en Belgique, sachant que la course pour le titre se tiendra en octobre à Aragon